logo

L’Ile Saint-Louis 2

Histoire de l’Ile Saint-Louis

2ème partie

Christophe Marié obtint la faculté de créer dans l’île un jeu de paume (le bâtiment existe toujours), une maison de bains avec étuves jamais réalisée, ainsi que le droit de faire lever sur chaque maison “douze deniers de cents pendant soixante ans”. Le bras de Seine, coulant à l’emplacement de la rue Poulletier, divisait ce terrain en deux îles : au niveau de la rue
séparant le groupe d’immeubles, si je ne me trompe pas. A gauche c’était l’ancienne île Notre-Dame, à droite l’île aux Vaches.

Le Chapitre, lui, ne consentit aux travaux qu’à la condition expresse que le bras de Seine séparant l’île de la Cité de l’île de Notre-Dame ne serait jamais comblé. Aidé de Le Régrattier, trésorier des Cent Suisses*, et de Poulletier, commissaire des Guerres, Marié entreprit aussitôt  le projet de construction de l’île dont toutes les parties furent menées de front.
Le 11 octobre 1614, Louis XIII, en présence de la Reine Mère Marie de Médicis, pose la première pierre du pont Nord, le futur pont Marie.

Cependant en 1616 le Chapitre de Notre-Dame auquel l’île appartenait toujours fit opposition à son exécution, et un procès s’engagea. Un arrêt du Conseil du Roi dédommagea le Chapitre et permit la reprise des travaux.

Mais Richelieu n’était pas pressé d’acquitter cette dette envers le Trésor Public. Il imagina de faire payer l’indemnité par les nouveaux propriétaires de l’île à raison de trois livres par toise. Marié, en difficultés financières, céda le 16 septembre 1623 tous ses droits à Jean de la Grange, secrétaire du roi. Celui-ci ne tenant pas ses engagements, Marié lui intenta un procès qu’il gagna et reprit en 1627 l’oeuvre qu’il avait commencée. Le Chapitre de Notre-Dame ayant renouvelé son opposition, le roi traita directement l’achat de ses droits seigneuriaux pour cinquante mille livres qui sont mises à la charge de marié!

De procès en procès, les notables prirent l’engagement de payer les cinquante mille livres au Chapitre et les travaux continuèrent. Les choses allèrent lentement, puisque les constructions commencées en 1618, ne s’achevèrent pour l’essentiel que peu avant 1660. Ainsi se sont édifiés les hôtels de Bretonvilliers, Lauzun, Méliand, Gillier, Le Charron, Jassaud, Heeselin, Lambert, Chenizot, la Maison Le Vau, la maison dite du Centaure, …La plupart des ces hôtels est toujours en place.

 

Quant aux premiers ponts bâtis par Marié, ils eurent une destinée bien malheureuse..

Le pont Marie est de l’autre côté, dans le prolongement du pont de la Tournelle; les deux ponts sont reliés par la rue des Deux-Ponts.

Le pont Marie est achevé en 1635. Mais une crue de la Seine l’emporte en partie en 1637. Rétabli aussitôt, les eaux le rompent une seconde fois en 1651. Trois ans après, on le reconstruisit en pierre cette fois, et on y bâtit des maisons comme c’était l’usage à l’époque.
Le 1er mars 1658, entre minuit et une heure du matin, un débordement de la Seine entraîna deux arches du côté de l’île avec les vingt-deux maisons qui y étaient bâties. Près de soixante personnes périrent noyées. Des quêtes furent organisées au profit des victimes de cette catastrophe. Par lettres patentes du 17 mars 1659, Louis XIV ordonne la reconstruction des piles détruites mais interdit d’y construire de nouvelles maisons.

 

En 1670, les passants sont assujettis, sur ce pont, à un droit de péage pendant dix ans. En 1718, on bâtit des “appuis de pierre pour la commodité de ceux qui sont curieux de voir ce qui se passe sur la rivière”.

Le pont Rouge, actuel pont Saint-Louis reliant l’île Saint-Louis à l’île de la Cité, et celui de la Tournelle joignant la rive gauche, ne subirent pas moins de vicissitudes. Le pont Rouge, construit en bois en 1614, reliant le quai de Bourbon à la Cité suscite tout d’abord l’opposition des chanoines de Notre-Dame. Ils exigèrent qu’il n’aboutît pas dans leur enclos.
Marié dut alors le bâtir à angle droit jusqu’au port Saint-Landry à hauteur de la rue des Chantres. Il fut aussi emporté par une crue et reconstruit  de 1617 à 1636.
Il n’était pas encore terminé qu’une procession à Notre-Dame, ordonnée pour le jubilé de 1634, y défile. Trois cortèges ne voulant pas céder le passage s’y bousculèrent et rompirent les barrières. Plusieurs personnes furent précipitées dans le fleuve et s’y noyèrent. Détruit en 1709, rebâti en 1717, il fut supprimé en 1795. Puis cinq autres ponts et passerelles de formes diverses précédèrent le pont Saint-Louis actuel.

Quant au pont de la Tournelle, terminé en 1636, il est emporté lui aussi l’année suivante, rétabli en 1648, détruit par le débordement de 1651, et rétabli en pierres en 1656. En 1696 on installa au-dessus de la première arche,  côté  île, une machine hydraulique destinée à alimenter plusieurs fontaines. Le vieux pont dela Tournelle, malgré son élargissement en 1846, est démoli en 1919. Le pont actuel fut terminé en 1928 et surmonté de la statue de sainte Geneviève, patronne de Paris, réalisée par le sculpteur Paul Landowski. La patronne protectrice de Paris : Sainte Geneviève. La petite fille représente la ville de Paris, elle serre contre elle la nef.

En 1497, le roi Charles VIII créait la compagnie des Cent-Suisses de la garde. Il s’agissait de la première unité suisse permanente au service d’un souverain étranger, corps de parade plutôt que militaire

Sources : “Saint-Louis-en-l’Ile” aux éditions lelivredart

28 commentaires pour “L’Ile Saint-Louis 2”

  1. Heureusement que les ponts tiennent les crues maintenant !

    Entre les proçès, pas facile de faire avancer les choses !

     et toujours ces questions d’ argent, avec au final, le consommateur qui paie !

    Mais on peut dire aujourd’ hui, que ça valait la peine !

     bonne journée

     bisous

  2. bonjour francine
    merci pour toutes ces bonnes explications
    les maisons sont superbes
    Je te souhaite une bonne  journée
    bisous

  3. Bonjour Francine,

    Excellent reportage (comme d’habitude d’ailleurs)! Si un jour je reviens à Paris, je te demande comme guide

    Bonne journée, Frans

  4. coucou francine , me voilà de retour , mon SAV est passé miracle , rien de perdu…comme c’est beau de voir  cette île vue de haut, je passais à côté ma is la nuit en rando , tes photos sont superbes , continues comme ça , je file voir l’autre article , bisous

  5. Coucou Francine,

    Que d’endroits magnifiques! Je suis sous le charme de l’ïle Saint-Louis depuis notre première “rencontre” il y a des années. C’est une très belle promenade que tu nous proposes.

    Je suis en train d’écrire sur l’ïle Saint-Louis aussi, cela me démangeait depuis des années justement…rires!

    En ce moment c’est le Pont Sully et le Pont de la Tournelle qui font des jeux d’écriture sous ma plume. J’adore ces lieux comme tous les amoureux de Paris et le Pont Marie est mon pont préféré, cela ne s’explique pas, c’est ainsi…

    Merci pour la balade, je te souhaite une excellente fin de journée, gros bisous

    Cendrine

    PS: Je respire mieux, je dors un peu mieux, j’espère que tu dors bien

  6. bonjour Francine  une ballade sur un petit bateau  en passant sous ces ponts magnifiques  doit etre des plus agreables    bisous

    Marcel

  7. Les photos prises en hauteur sont de toi … tu as dû monter sur les toits pour les faire ? Encore une de tes “entrées secrètes” … Un vrai cours d’histoire ces articles. Mouvementées les vies des ponts de l’île de la cité !

    Je commence mes congés avec la pluie, ça fait tout bizarre. J’ai mis un gilet, première fois depuis plusieurs semaines. Et Capucin est venu dormir sur mon lit malgré la présence de la minette de ma fille. Le soleil se lève un peu plus tard (il n’est plus face à la porte d’entrée quand je me lève), les plus belles journées sont passées. Bonne fin de journée Francine.

  8. Bonjour,
    C’était vraiment une joie de lire ton récit et découvrir d’autre facette de Saint-Louis.
    Belles photos en passant.

  9. Hello Francine

    Un jour, tu devrai venir à Cannes pour voir la villa du peintre Jean Gabriel Domergue , l’inventeur de la “Parisienne”…

    bizz

    pat

    * j’ai fait un article d’ailleurs que l’on doit trouver dans la categorie sur Cannes.

  10. Hello Francine

    Cette Marie de Medicis a apporté à la France dix années de bon gout et de classe à l’Italienne ….. du pain beni pour la culture du pays.

    bizz

    pat

  11. Il était dit que ces ponts n’existeraient pas !!! tes explications sont parfaites ! merci ! bel après midi ! bise

  12. bonsoir Francine,

    Merci encore pour tes photos splendides et ce magnifique reportage sur ce lieu de Paris.

    bonne soirée

    amitiés

  13. Bel article Francine

    Tu es un très bon guide ,  pour visiter Paris il me  faudrait ta compagnie , je serai sure de ne pas me perdre 

    douce soirée a toi 

  14. Bonjour Francine tu choisit les bon angles de vue voici 2 jours que nous avons de la pluie Je te souhaite un très bon jeudi Nos amitiés bises Qing&rené

  15. effectivement les indiens adorentprendre des photos surtout maintenant que tout le monde a son portable avec app photo intégré;

    ils se font photographier partout, devant les monuments, avec les touristes qu’ils aiment bien prendre en photo aussi à côté de leurs enfants notamment; il n’y a donc aucun problème pour nous de les prendre nous aussi en photo, faire de superbes portraits, ils sont ravis de servir de modèles;

    pas comme nous!!!!

    bonne journée, Francine;

    bisous;

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !