logo

Château de Versailles Le Grand Trianon

Grand Trianon Domaine du château de Versailles

Pour arriver à Trianon, suivre le Grand Canal, tourner à droite en direction de l’esplanade du Fer à Cheval. Toujours à droite, l’allée de Bailly conduit le visiteur à une grille, dont la porte s’ouvre sur les jardins de Trianon. Une manière différente d’aborder le site.

“Versailles, “ce chef-d’oeuvre si ruineux, où les changements des bassins et des bosquets, dit Saint-Simon, ont enterré tant d’or qui ne peut paraître,” était loin d’être achevé que déjà Louis XIV, après avoir acquis, en 1663, des moines de Sainte-Geneviève, des terres sur la paroisse de Trianon (désigné sous le nom de Triarnum dans une bulle du XIIIe siècle), s’y fait bâtir , en 1670, un petit château, ou plutôt un pavillon, pour aller s’y reposer des ennuis du faste et de la représentation. C’était d’abord, dit Saint-Simon, “une maison de porcelaine à faire des collations”. Au bout de quelques années, vers 1687, la fantaisie royale voulut, à la place de ce pavillon, avoir un palais. Mansart fut chargé d’en dessiner les plans. {…}

 

Louis XIV venait fréquemment avec les princes et princesses de sa famille visiter cette résidence; et l’on jouissait de toutes ces nouveautés avec une ardeur singulière, dont le journal de Dangeau nous a conservé le souvenir.

“Le 10 juillet 1699, Louis XIV s’établit sur la terrasse de Trianon qui regarde le canal, et y vit embarquer Monseigneur, Madame la duchesse de Bourgogne et toutes les princesses. Après le souper, Monseigneur et Madame la duchesse de Bourgogne se promenèrent jusqu’à deux heures après minuit dans les jardins, après quoi Monseigneur alla se coucher. Madame la duchesse de Bourgogne monta en gondole avec quelques unes de ses dames et madame la Duchesse dans une autre gondole, et demeurèrent sur le canal jusqu’au lever du soleil.
Puis madame la Duchesse alla se coucher; mais Madame la duchesse de Bourgogne attendit que Mme de Maintenon partît pour Saint-Cyr.Elle la vit monter en carrosse à sept heures et demie, et puis s’alla mettre au lit…”

Cependant Louis XIV, à partir de 1700, ne coucha plus à Trianon, et, désenchanté de ce palais, il voulut encore se créer une autre habitation moins magnifique, mais plus commode. C’est ainsi que Mansart construisit pour lui le château de Marly. Les jardins furent replantés en 1776″.
Louis XIV fit aussi construite un “Petit Trianon”, en quelque sorte un “diminutif” du grand Trianon. Il fit créer un jardin botanique célèbre pour ses arbres exotiques, dont le tulipier de Virginie. Louis XVI donna le domaine de Petit Trianon à Marie-Antoinette en 1774.

“Napoléon fit faire des réparations aux Trianon et les fit meubler; il songea un instant à y établir sa résidence d’été, mais il en fut détourné par l’insuffisance et l’incommode distribution des appartements. Le jour de la dissolution de son mariage avec Joséphine, il se retira à Trianon, et l’impératrice à la Malmaison.

Louis XVIII et Charles X ne firent aucun séjour à Trianon.Louis-Philippe y fit exécuter des travaux considérables.Le mariage de la princesse Marie avec le duc Alexandre de Wurtemberg y fut célébré en 1837.En 1848, Louis-Philippe, fuyant Paris, s’arrêta à Trianon, après avoir quitté Saint-Cloud.

De toutes les pièces de Trianon, on a vue sur les jardins qui sont entièrement consacrés aux fleurs, dont les nombreuses variétés sont choisies pour leurs couleurs mais aussi pour leurs odeurs : « Les tubéreuses nous font abandonner Trianon tous les soirs, écrit Mme de Maintenon dans une lettre du 8 août 1689, des hommes et des femmes se trouvent mal, de l’excès de parfum. » Tous les décors, peintures et sculptures des boiseries, s’en inspirent.

Château de Versailles Le Grand Trianon

Le Grand Trianon a été élevé par Jules Hardouin Mansart en 1687 sur l’emplacement du « Trianon de Porcelaine », que Louis XIV avait fait construire en 1670 pour y fuir les fastes de la Cour et y abriter ses amours avec Mme de Montespan. «Un petit Palais d’une construction extraordinaire, et commode pour passer quelques heures du jour pendant le chaud de l’Esté.»

En 1663, Louis XIV  avait acheté les terres de Trianon pour agrandir le parc de chasse de son père. Ce petit hameau de quelques maisons autour d’une église fut rasé au moment de l’acquisition à l’exception de l’église, qui sera démolie en 1668.

A gauche, l’aile est appelée “Trianon-sous-Bois.

Le Grand Trianon est sans doute l’ensemble de bâtiments le plus raffiné de tout le domaine de Versailles. Les façades, colonnes et pilastres sont entièrement couverts de marbre rose du Languedoc et de porphyre.
Louis XIV était très impliqué dans les constructions et aménagements de son domaine. Le roi impose ses idées, il suit attentivement le chantier, donne des consignes et des ordres sur tout. Il suit de si près le chantier qu’il constate même un défaut architectural qui sera corrigé avant que ne soit achevé l’édifice.

“Sur ce sujet, il nous est impossible de ne pas mentionner l’anecdote de la fenêtre rapportée par Saint-Simon. Un jour qu’il visitait le chantier, Louis XIV aurait remarqué qu’une baie était plus petite que les autres. Louvois, qui ne pouvait croire qu’une telle erreur se soit glissée dans la construction, nia la présence de cette différence. Le roi nomma Le Nôtre arbitre. Ce dernier a mesuré la fenêtre et a donné raison au roi. Louvois s’est excusé”.

Pour Trianon, le roi  a imposé que soit abandonnée l’idée d’ajouter des toitures mansardées. Il est aussi à l’origine de l’idée du Péristyle. Ainsi, profitant de l’absence de l’architecte Mansart sur le chantier (ce dernier était malade), il demande à son assistant Robert de Cotte de dessiner le Péristyle.
A l’origine, il devait à l’origine être fermé du côté de la cour par des baies vitrées qui ont été supprimées par la suite pour accentuer l’effet de transparence entre la cour et les jardins.

“Ce palais se compose d’un seul rez-de-chaussée, sans toit apparent et sans caves sous les appartements, avec deux ailes en retour d’équerre qui encadrent la cour. Les proportions de la façade sont élégantes. Au milieu, un vestibule à jour en colonnes de marbre séparait la cour des parterres et isolait les deux ailes, qui devenaient ainsi en quelque sorte deux habitations distinctes. Ce vestibule fut fermé, en 1810, par des vitrages. “La grande galerie”, qui paraît avoir été bâtie après coup en prolongation de l’aile droite, au midi sur les parterres, n’était qu’un long corridor isolé sur deux faces, communiquant par son extrémité au grand corps de bâtiment que l’on appelait le Trianon-sous-bois”.

http://720plan.ovh.net/~jardinsd/Trianon/Pages/Accueil/Apropos.htm

Versailles et les deux Trianons par Adolphe Joanne
http://books.google.fr/books?id=MgtBAAAAcAAJ&pg=PA114#v=onepage&q&f=false 

Sources : Versailles et les deux Trianaons par Adolphe Joanne
http://books.google.fr/books?id=MgtBAAAAcAAJ&pg=PA114#v=onepage&q&f=false
www.chateaudeversailles.fr
 

22 commentaires pour “Château de Versailles Le Grand Trianon”

  1. Merci Francine pour tous ces souvenirs qui me reviennent en mémoire. Quel de balade ai-je-pu faire dans ce Versailles…:::: Bises et bonne journée

  2. comment rester insensible à de telles beautés….Quel temps “merdique”je n’ai toujours pas fait de photos….
    Des bisous… de nous…

  3. Coucou ! Après une bonne gelée blanche, le soleil et le ciel bleu sont au rendez vous. Les bâtiments sont magnifiques. Bon mardi, bises$

  4. plein pied c’est ce qu’il me faudrait avec mon genou invalide mais moins grand car bonjour le ménage hihih bonne soirée bises cathline

  5. ahh le voila
    on le mérite derriere ses belles grilles
    la l histoire de france nous parle encore
    merci pour les photos

    bonne journée Francine

  6. Bonsoir Francine, que d’endroits que je ne connais que de nom mon amie… Merci à toi de nous les faire découvrir ici au moins un peu… Bisous…

  7. la dernière fois que j’étais à cet endroit c’était dans les années 70…à l’époque je vivais à Paris…le temps du BONHEUR qui a passé trop vite

  8. Hello Francine,
    Toujours intéressant ton reportage sur Versailles.
    Il y a pas mal de choses que je ne savais pas…
    Bon mardi
    Bisous

  9. Bonjour Francine, et les photos et le texte sont un heureux pan d’histoire que j’ai lire , merci
    Le temps gris est toujours d’actualité avec un 6°
    Excellent mardi, >p à Demain

  10. Bonjour Francine, une petite merveille avec les beaux jardins fleuris, il y a un ressenti de calme. On a de la neige depuis hier soir, bonne journée et gros bisous ma douce

  11. Ah qué bonheur au matin… c est vraiment un lieu magique… j ai hate de voir les bouts de fer rouillés…ça manque un peu dans le paysage… mdr… gros bisous

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !